Menu

            Diminuer la taille du texte Diminuer la taille du texte    Partager Partager

FENÊTRES



57e Journées d’Automne
de la Société Française de Psychopathologie de l’Expression et d’Art-thérapie
les 27, 28 et 29 novembre 2021 
(Dates provisoires à confirmer) 
 
Appel à communication
 
 
 
« La fenêtre est le cadre, à la fois proche et distant,
où le désir attend l’épiphanie de son objet. »
                                                                         Jean Starobinski (L’Idée de la ville, 1983, p. 179)
 

    Sur quel espace singulier la fenêtre s’ouvre-t-elle, quel interstice entre le dehors et le dedans fait-elle naître ? Gaston Bachelard, dans La poétique de l'espace (1957), la décrit comme la frontière entre l'en-deçà et l'au-delà. Comment le geste artistique et la pratique clinique sont-ils articulés à cet espace singulier, ni tout à fait dehors, ni tout à fait dedans, et qui fait circuler les regards qui de l’intérieur, qui de l’extérieur ?
 
    Ouverture salutaire ou accès improbable vers un dehors souvent soustrait à la vue : entre ouverture et exclusion, la fenêtre revêt des significations différentes et souvent contradictoires. Depuis Baudelaire, la fenêtre est accessoire de la mélancolie, ouvrant sur un dehors convoité, mais inatteignable. « Qu’est-ce que le moi ? Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants », répondait Pascal. Présente dans la symptomatologie psychopathologique, la fenêtre dans sa version la plus tragique, le cadre brisé du fantasme, incite le sujet psychotique à la défenestration.
 
    De Gérard Wacjman et son livre Fenêtre, chroniques du regard et de l’intime (2004) au Colloque que l’Université de Franche-Comté a consacré les 23 et 24 janvier 2015 à Fenêtre : ouvertures et perspectives, de Jean Starobinski et son étude des Fenêtres de Rousseau à Baudelaire (1983), des toiles de Hopper à ceux de Vermeer, la fenêtre délimite un intérieur, elle préserve une intimité tout en la dévoilant. Ce double mouvement nous intéressera dans ses dimensions esthétiques, psychopathologiques et art-thérapeutiques. C’est à ces différentes questions face aux fenêtres et aux sens multiples auxquels elles nous convient que nous tentons de répondre en croisant interventions et intermèdes artistiques.
 
    Merci d’envoyer votre résumé de 15 lignes en fichier ARIAL 12, avec le titre de votre communication, votre nom, vos titres, votre adresse e-mail à Ghislaine Reillanne ghislaine.reillanne@wanadoo.fr   avant le 29 mai 2021. Si votre proposition est retenue, le texte complet de votre intervention doit nous parvenir pour le 30 septembre au plus tard, en vue de l’édition des Actes.
Lundi 22 Mars 2021